janvier 2021

Serge von Siebenthal : “Le futur, c’est maintenant”

Avoir rédigé un édito en janvier 2020 en le consacrant à l’avenir, quelle cruauté du destin. Pourtant, en le relisant un an après, je comprends que la crise sanitaire sans précédent à laquelle nous sommes confrontés ne fait qu’amplifier la nécessité des progrès que j’avais alors esquissés pour notre entreprise.
Bien sûr, nous avions engagé bien des réformes avant le fatidique mois de mars, date historique où le monde a changé de visage. Le projet de digitalisation de notre administration et des comptes-rendus de travail, mais également leur archivage, était déjà bien avancé. Mais, les mesures de distanciation imposées par la pandémie accélèrent l’instauration de ce nouvel univers économique dématérialisé. Nous possédons ces outils en ligne, nous devrons mieux les exploiter pour optimiser nos ressources.
Dans un espace concurrentiel astreint aux mêmes exigences, la compétitivité passera par des gains d’efficacité, aussi minimes soient-ils, dans chaque segment de la chaîne de valeur. Bien sûr, les bonnes relations et l’historique des collaborations auront toujours une grande importance, mais d’autres facteurs s’affichent dorénavant pour maintenir la confiance des clients.
La technologie, tout d’abord. Le BIM, que d’aucuns voyaient comme une révolution tranquille, constitue déjà un prérequis dans de nombreuses soumissions. Le renforcement de ce département est donc devenu une nécessité pour TROGER, ce sera chose faite en 2021.
De même, si l’apprentissage et la formation continue sont des supports incontestables de notre maîtrise technique, c’est dans l’intelligence organisationnelle que nous pourrons augmenter notre compétitivité. Décloisonner nos services, profiter d’une meilleure interaction entre eux, favoriser le partage des connaissances, créer de la fluidité du début à la fin de nos missions, autant d’enjeux sur lesquels repose notre rentabilité. Cette année, nous poursuivrons donc l’amélioration de nos processus avec le développement de nos outils de gestion informatiques.
L’éthique, enfin. Les entreprises de notre secteur sont invitées par les maîtres d’ouvrage à aller un peu plus loin que ce que la législation impose sur le volet environnemental. Récemment, le fait que l’un de nos clients ait eu des exigences sur les moyens de locomotion de nos équipes est un bon exemple d’éveil écologique, dont les métiers du bâtiment ne pourront faire abstraction. Cela nous convient parfaitement, car, concernés depuis longtemps, nous traitons régulièrement ce sujet dans les colonnes de notre newsroom. En 2021, nous soutiendrons l’Association pour la Sauvegarde du Léman, afin d’apporter une contribution active à la préservation de notre région. De même, nous poursuivons notre partenariat avec la firme Gjosa, qui se présente comme une exceptionnelle solution d’économie des ressources. Mais, c’est dans la transformation de certains modes de fonctionnement internes que nous pourrons aussi améliorer l’empreinte carbone de TROGER, et la nôtre, à titre individuel. À ce titre, nous ne manquerons pas de faire évoluer certains de nos processus pour limiter notre dépense énergétique.
Le monde change, changeons avec lui dans une volonté d’éthique et de saine productivité.

Serge von Siebenthal
Directeur Général