juin 2020

« Dans chaque épreuve, ne cherchez pas l’ennemi, cherchez l’enseignement »

En guise de préambule à cet éditorial post covid-19, je partage avec vous, chers lecteurs, cet aphorisme de Mikao Usui, fondateur du Reiki, qui voyait dans les coups du sort une opportunité d’apprentissage. Peu ou prou, c’est ce que l’épreuve de la pandémie nous propose, après qu’elle nous eut rappelé que tout peut arriver dans ce monde instable, régi par la productivité à tous crins. Troger SA tirera un enseignement de ce qui restera, en arrière-plan du drame humain, un crash-test organisationnel grandeur nature. Les nouvelles logiques d’activité et de gestion à distance, ainsi que les outils de communication de crise, sont des sujets à approfondir dans la perspective d’un futur empreint d’incertitudes.

À ce titre, nous modéliserons prochainement nos meilleures pratiques organisationnelles de crise, afin d’en automatiser la relance en cas de nécessité. Mais avant toute chose, comment ne pas rendre hommage aux collaborateurs et partenaires Troger, pour leur disponibilité, leur agilité et leur inventivité face au bouleversement des plannings ? Leur engagement a été déterminant. Nous tenons aussi à remercier chaleureusement nos clients pour leur patience et leur fidélité.

Selon une étude du Deep Knowledge Group, un consortium international spécialisé dans l’analyse de données scientifiques, la Suisse arrive en tête d’un classement mondial comparant la réponse de 200 pays face à la pandémie du covid-19. Cela proviendrait de la haute résilience de son économie et de sa bonne situation épidémiologique. Le peuple suisse a réussi à appliquer efficacement les mesures de quarantaine, de détection des cas et de mise à l’arrêt de son économie. Gageons que la reprise connaîtra le même succès, car le manque à gagner de ces deux mois d’inactivité pèsera sans aucun doute sur les trésoreries helvétiques.

Mais, au-delà de nos préoccupations entrepreneuriales, saurons-nous tirer profit de cette expérience inédite, marquée par la réduction de la pollution atmosphérique et des nuisances sonores de la circulation routière et aérienne ? Saurons-nous limiter une certaine frénésie de croissance planétaire ? Je le souhaite pour ma part, car rien n’oblige les décideurs à tout sacrifier sur l’autel de la courbe des ventes. Ce qui importe avant tout, c’est la qualité de la relation, celle du travail rendu, et la satisfaction pleine et entière de nos clients.

Aujourd’hui, les chantiers ont repris, les équipes administratives, techniques et de terrain sont à la manœuvre pour remonter le temps. Mais, ne l’oublions pas, la santé reste notre plus précieux capital.

Paul Segur
Administrateur de Troger SA